Suivez-nous :
Inscrivez vous
Print Friendly and PDF

Les principaux soutiens financiers

Parmi les diverses aides proposées aux auto-entrepreneurs nécessitant un coup de pouce financier, essentiellement pour le lancement de leur projet, certaines cumulent un réel apport financier couplé à un accompagnement.
D'autres aides ciblent une certaine population de créateurs plus en difficulté, ou s'adressent encore à des créations d'entreprise répondant à des critères spécifiques.
Ces aides sont parfois cumulables et constituent un tremplin réellement favorable pour donner le jour à une idée.

L'ACCRE, l'aide financière la plus importante pour les auto-entrepreneurs

ACCRE signifie : Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise.

Cette aide existe pour tous les créateurs ou repreneurs d’entreprise mais elle a été aménagée pour les auto-entrepreneurs.
Il s’agit d’une exonération partielle et progressive sur 3 ans de l’ensemble des charges sociales.

Pour les autres entrepreneurs, il s’agit d’une exonération totale d'une partie des charges sociales.
En savoir plus sur l'ACCRE

NACRE : dispositif d'accompagnement et d'aide

En mars 2009, le ministère de l'Economie, de l'industrie et de l'emploi met en place le nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise (NACRE). Financé par l'état, celui-ci se caractérise principalement par la proposition d'un prêt à taux zéro et sans garantie, coopération nécéssaire pour un jeune entrepreneur qui ne dispose pas de fonds pour mettre à bien son projet. Ce prêt doit nécéssairement être additionné à un autre emprunt bancaire dont le montant et la durée seront identiques ou supérieurs à ceux du prêt à taux zéro.

Accordé après une expertise du projet, le montant emprunté peut aller de 1 000 à 10 000 euros, remboursables sur une durée maximale de cinq ans. Les conditions à remplir par l'emprunteur sont les suivantes :

  • Plan de financement validé dans le cadre du parcours Nacre
  • Signature du Contrat de Prêt à taux zéro
  • Mise en place d'un prêt bancaire (ou assimilé) complémentaire et de services bancaires professionnels

ARCE : Aide à la reprise ou à la création d'entreprise

Cette aide proposée par le Pôle Emploi permet au demandeur d'emploi désireux de créer ou reprendre une entreprise déjà existante de bénéficier d'un soutien financier, en percevant 45% du montant des allocations chômage restant dû.

Une fois la demande validée, le versement de l'Arce se fera en deux temps :

  1. la première moitié après l'obtention de l'Accre,
  2. la deuxième et dernière moitié six mois après la date de création ou reprise de l'entreprise.

En savoir plus sur l'ARCE

AGEFIPH : Aide à la création d'entreprise par des personnes handicapées demandeurs d'emploi

L'aide allouée est d'un montant maximum de 12 000 euros versés en complément d'un apport minimum de 1 525 euros. Au 1er avril 2012, des modifications ont été apportées à l'aide proposée par l'Agefiph :

  • le montant maximum de la subvention est désormais de 6000 euros
  • le requrérant devra impérativement être demandeur d'emploi pour en bénéficier
  • l'apport minimum est désormais de 1500 euros

Si vous êtes handicapé(e) et que vous souhaitez créer une entreprise, l'Agefiph est l'interlocuteur spécialisé qui vous assistera dans la création de votre projet.
 

FGIG : Fonds de garantie à l'initiative des femmes

Créé en 1989, il a pour objectif de faciliter l'accès à la création d'entreprises ou d'activités des femmes, notamment en partageant le risque financier encouru avec la banque qui leur accorde un crédit et pour couvrir des besoins en fonds de roulement et/ou en investissements.
Ces fonds de roulement ne servent donc pas spécialement lors du lancement de l'entreprise mais égalemement par la suite pour accompagner le projet lors de ses diverses évolutions. Le créateur peut avoir besoin de fonds pour investir, développer de nouveaux pôles ou solidifier les bases de l'entreprise.

Quelques recommandations importantes pour obtenir une aide

Les établissements de crédit ont une attitude réservée envers les créateurs. Voici quelques recommandations pour convaincre un conseiller bancaire :

  • avoir un dossier complet, précis, clair, et soigné. Pour cela, n'hésitez pas à utiliser l'application proposée par l'APCE "Mon projet en ligne",
  • maîtriser parfaitement les informations contenues dans son dossier, et plus particulièrement la partie financière. Vous devez savoir ce qu'est un BFR, un compte de résultats, un plan de financement etc.
  • prenez le temps de préparer votre négociation en amont.
En cas de faibles garanties, et dans une crainte de se voir refuser l'obtention d'un prêt, n'hésitez pas à rechercher une prise en charge du risque auprès d'une organisation specialisée.
 
Source & Référence
Partagez le contenu de la page